Numéro 2 !

Tu aurais du naître aujourd’hui, et puis…

 IMG_2777On m’avait dit : « vous attendez un petit bébé pour le 7 juillet » alors j’avais l’impression d’avoir signé un contrat. « Ok pour le 7 juillet, je le garde bien au chaud jusque là ».

Et puis, les grossesses ont leur lot de surprises. J’ai été arrêtée un petit mois avant l’heure pour des contractions qui n’avaient rien à faire là. Lors de la dernière échographie théorique, on a remarqué que notre petit clown avait la tête en haut, puis en bas, puis se mettait en transversal ! Visiblement, je lui offrais une piscine olympique et il s’en donnait à cœur joie.

J’ai donc eu l’honneur (et le privilège) de me voir attribuer 3 échographies supplémentaires…qui ont juste démontré que ce bébé avait encore et toujours beaucoup de place et qu’il comptait bien en profiter.

La suite s’est donc un peu accélérée, j’ai eu rendez vous à la clinique le vendredi 26 juin pour une version manuelle. Pour me préparer à ce moment pas super chouette, une sage femme m’a fait une séance d’acuponcture. Je ne saurai vous dire si cela a été efficace mais avoir des aiguilles un peu partout sur le corps c’est pas le top ! Quelques heures plus tard, un gynécologue a attrapé mon petit et l’a fait pivoter pour lui mettre la tête en bas.

Une fois que bébé était en place, un constat : s’ils me laissaient repartir à la maison, bébé allait se retourner. Plus le choix, il fallait déclencher l’accouchement !

Et là, je me suis dis que j’aurais du boucler ma valise plus sérieusement que ça. J’étais tellement persuadée d’être à la maison le soir même que j’avais un peu négligé la fin des préparatifs. Et puis, j’ai stressé parce qu’il allait falloir gérer à distance Little Boy. Enfin, j’ai pensé que j’allais rater Koh Lanta (oui, bon…!). Bref, c’est pas très lucide que j’ai accepté d’être reliée à une poche censée me nourrir jusqu’à l’arrivée du bébé (j’oubliais: j’avais, bien évidemment, peu déjeuné le matin…sinon ce n’est pas drôle!). Le déclenchement a été lancé, la péridurale, des capteurs un peu partout, le tensiomètre, puis des sondes…bref plus les heures passaient plus je commençais à me dire que cet accouchement commençait en tous points à ressembler à celui de Little Boy. Alors que j’étais entrée en salle de naissance à 10 heures le matin, la nuit et les angoisses commençaient à arriver. C’est après 15 heures de travail acharné que le gynécologue a fini par me prendre la main pour m’annoncer doucement que mon bébé n’était pas décidé à venir et qu’il allait aller le chercher par césarienne. Le temps de pleurer de peur, et 10 minutes plus tard j’étais au bloc. Monsieur Happyjoliefamily a courageusement enfilé une blouse pour me rejoindre (dois je préciser que le sang et les piqures ne sont pas ses meilleurs potes ?!).

Ensuite, tout est allé très vite…drôles de sensations, on sort un bébé et …il se met à crier ! A partir de là, le temps s’est arrêté…je n’avais d’yeux que pour lui…je suis bien incapable de vous dire ce qu’il s’est passé pour moi pendant les 20 minutes suivantes si ce n’est une vague histoire d’hémorragie.

J’ai ensuite retrouvé Monsieur Happyjoliefamily en train de câliner mon Minuscule. Et puis, comme un accouchement classique il y a eu du peau à peau, des soins, une première tenue et un petit premier biberon.

Les accouchements ayant été nombreux cette nuit là, malgré notre souhait, nous sommes arrivés dans une chambre double.

Petite anecdote au passage : dans cette chambre, il y avait Jennyfer, la vingtaine, qui venait de donner naissance à Cheyenne. Jennyfer profitait de chaque absence de Monsieur HJF pour venir me raconter sa vie…et quelle vie ! Elle avait été plaquée le jour de Noël par son amoureux pour sa meilleure amie. Elle avait mis un ultimatum au papa pour la reconnaissance de leur enfant…bref pas simple tout ça ! Là où je ne remercie pas Jenny (appelons là comme ça!) c’est qu’elle a regardé la télé de 6 heures à 15 heures (heure de notre transfert en chambre simple : alléluia!).

S’en est suivi un séjour long (merci la césarienne!), chaud (32 degrés dans les chambres non climatisées…trop bien!) mais volontairement peu éprouvant en terme de visites.

J’ai demandé un retour anticipé ce qui m’a permis de rentrer à la maison un petit peu plus vite (et j’ai reçu mes derniers soins à domicile). Quel bonheur de retrouver Little Boy, quel bonheur de retrouver son lit, quel bonheur d’être enfin tous les 4 !

Depuis, la vie de famille s’organise, mon Minuscule dort beaucoup, Little Boy nous teste (les règles de la maison auraient elles changé ? Eh non !), Monsieur HJF regarde (dort devant) le Tour de France…

Mon petit Minuscule, tu aurais du naître aujourd’hui, et puis…on ne décide pas de tout dans la vie !

Baptiste est né le samedi 27 juin 2015 à 2h32.

Publicités

2 thoughts on “Tu aurais du naître aujourd’hui, et puis…”

  1. Parfois c’est chouette aussi les choses imprévues 😉 J’avoue qu’avoir passée 11 jours a la mater en plein hiver c’était bien mieux, mais j’aurais étripé Jenny ;))))

  2. Mon Baptiste vient dàvoir dix ans et, si la césarienne n’a pas été nécessaire, il nous a lui aussi fait des frayeurs plusieurs semaines bien avant la date pour être déclenché ensuite. A dix ans, je peux lui piquer ses chaussures, le regarder droit dans les yeux, à ma hauteur mais je ne peux plus le porter!!! Profite de ces doux moments qui primeront sur tous les souvenirs plus gris de cette belle journée qui a été celle de la venue au monde de ton petit bout!
    Plein de bizzzoux et profite!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s